Très cher recruteur

Si tu arrives sur cette page c'est très certainement que tu m'as envoyé une offre d'emploi ou que tu t'apprêtes à le faire. Tu fais ton travail et c'est bien normal. Cependant, il y a quelques petites choses que tu devrais savoir car, tu sais, nous ne vivons pas dans le même monde.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, je me permet de te prévenir que j'ai complètement mélangé ce qui s'adresse aux recruteurs des cabinets de recrutement et ceux qui sont au sein d'une entreprise. Fort heureusement, la plupart des remarques sont adaptées aux deux situations, tu ne seras donc normalement pas beaucoup perturbé.

Lis attentivement mon CV

Ça peut paraître d'une évidence flagrante, mais malheureusement beaucoup de recruteurs ne le font pas. Et je ne parle pas uniquement des compétences : si tu vois que je suis resté moins de deux ans à Paris avant de vite revenir à Nantes, c'est très certainement que je n'ai pas envie de retourner habiter dans la capitale. Et oui, je sais que pour toi, bon parisien qui ne peut même pas imaginer la vie autre part, c'est dur à concevoir. Mais c'est un fait : beaucoup de personnes n'ont pas du tout envie de venir dans ta ville. Et non, Paris n'est pas le seul endroit où l'on trouve du travail dans le numérique, loin de là.

Bien entendu, regarde si je suis déjà en poste. Si je suis actuellement en poste et que je n'ai pas explicitement indiqué que je suis en recherche d'autre chose, c'est très certainement que je ne suis pas intéressé. De plus, il y a de fortes chances que j'ai trois mois de préavis avant de partir, alors les offres urgentes ce n'est même pas la peine d'essayer.

Parle moi de ce qui m'intéresse

Honnêtement, je n'en ai vraiment rien a faire que tu me dises à quel point l'équipe que tu me proposes de rejoindre est cool. Tu n'as jamais travaillé avec eux sur un projet technique, alors ton avis ne vaut strictement rien. En revanche, ce qui est susceptible de m'intéresser est, entre autres :

  • quelle est l'entreprise et où se situe-t-elle exactement ;
  • quelles sont les technologies auxquelles j'aurai affaire ;
  • combien c'est payé et s'il y a d'autres avantages ;
  • quels sont les profils de l'équipe.

Sérieusement, pourquoi est-ce que tu ne veux pas me dire dans quelle entreprise tu me proposes de travailler ? Tu as peur que je te court-circuite c'est ça ? Alors déjà, si tu veux faire affaire avec moi, tu vas devoir me faire confiance, c'est la moindre des choses. Personnellement, je ne veux pas faire affaires avec un recruteur qui est sur la défensive avec moi. Ensuite, rappelle toi que je n'ai pas du tout intérêt à me passer de toi. Et oui, je sais que mon employeur est généralement facturé d'après un pourcentage de mon salaire, et donc toi et moi avons un intérêt commun. Ceci est d'autant plus vrai que c'est toi le professionnel du recrutement, ton avis sur mon salaire sera sans doute bien plus important que le mien. Garde également en mémoire que si j'accepte ton offre, ceci va potentiellement m'engager à plein temps durant plusieurs années de ma vie, j'ai bien envie de savoir où on m'envoie avant de répondre. C'est vrai en particulier pour les critères géographique et éthiques. Si l'entreprise est difficilement accessible de chez moi, forcément ça risque de ne pas trop me plaire. Et je ne te parle même pas du cas où le domaine d'activité de l'entreprise est incompatible avec mon éthique ou mes idées politiques : je n'irais certainement pas passer un entretient pour une entreprise dont je n'adhère pas aux valeurs.

Bien entendu, tu devrais me dire clairement ce que j'aurai à utiliser comme technologies dans l'entreprise et surtout à quel niveau. Ta liste où tu as mis en vrac tout ce que la boite utilise ne m'est que d'une aide assez maigre. Ça me donne une idée, mais sans plus. Des précisions m'aideraient sérieusement et me montreraient que tu es vraiment impliqué dans cette affaire et pas simplement une personne qui fait sa job par dessus la jambe.

Et non, ce n'est pas malpoli de ma part de demander combien je serais payé. Oui j'ai la passion de mon métier, mais, vois-tu, j'ai aussi mes propres projets personnels. Quand je me met au service de quelqu'un, c'est son projet, pas le mien. C'est son rêve, pas le mien. Bien sûr que je suis intéressé, mais non je ne vais pas aller faire le larbin pour trois francs six sous. Tu sais, j'ai une vie en dehors de mon travail, j'aime bien savoir si ce que tu me proposes me permettra de payer mon loyer, mes factures et de partir en vacances de temps en temps.

Tant qu'on parle de passion, j'aimerai bien que tu me détailles les profils de l'équipe que tu me proposes de rejoindre. Est-ce que je serai entouré de personnes techniquement compétentes ou bien sous la tutelle d'un commercial qui s'imagine (à tort) qu'il peut faire office de chef de projet ? Dans un cas tout est fait pour bien se passer, dans l'autre tout est fait pour que je pète un câble. Alors oui, c'est important de me dire avec qui je travaillerai et à qui je rendrai des comptes.

Garde tes ringardises pour toi

C'est impressionnant le nombre de recruteurs qui arrivent à me mettre en rogne en seulement cinq lignes. Alors pour que tout se passe bien, tu vas commencer par ne pas utiliser ton bullshit de marketeur à 2 balles avec moi. Tu peux donc ranger les termes "force de proposition", "proactivité" et tous leurs congénères au placard. Ces termes ne servent strictement à rien sinon à tenter de te donner un coté soit-disant "pro" absolument détestable. Range aussi tous les "buzzwords" que tu as pu entendre, ça ne prendra pas avec moi. Dans ta bouche, les termes tels que "big data", "devop" ou "full-stack" reflètent ta méconnaissance totale du projet.

Rendu à ce point, j'espère que tu as compris qu'en entretient il est préférable de ne pas me faire de remarques sur ma tenue vestimentaire. Chez nous on juge sur les compétences, pas sur l'apparence. Bien entendu, par politesse pour mon interlocuteur, je vais m'efforcer de paraître propre et relativement bien habillé, c'est normal. Bref, quand je porte une joli chino avec une chemise blanche et de beaux mocassins en veau velours tout en arborant une courte barbe bien taillée, tu n'as rien a me dire. En plus ça risque de me donner envie de commenter ta tenue dont tu ne te rend pas compte des trop nombreux défauts.

À l'instar de tous les autres tu vas me dire que "c'est le monde du travail" et que "c'est comme ça que ça marche". Non. Tu as tort, point final. D'un côté tu me demandes d'être très motivé par le travail mais de l'autre tu essayes de me briser en me forçant à adopter un style de vie qui n'est pas le mien et que je répugne. Ai-je besoin de pointer les autres contradictions ou bien tu as compris le principe ?

Conclusion

Sans vouloir que tous les recruteurs respectent mes idéaux, j'espère que ce message en fera réfléchir certains. A cause de certains qui, d'après moi, ne prennent pas leur travail au sérieux, ça donne une image extrêmement négative de toute la profession. C'est fort dommage.