Les logiciels libres

Discutant régulièrement avec des personnes plus ou moins intéressés par l'informatique, je me rend compte que la plupart des personnes ont de fausses idées sur ce que sont les logiciels libres, open-sources, gratuits etc. Voici donc un petit billet qui a pour but de démystifier tout ceci.

Les logiciels libre

La FSF met à notre disposition une définition du logiciel libre. Si l'on veux résumer, un logiciel est dit libre uniquement s'il respecte les 4 libertés fondamentales de l'utilisateur, à savoir :

  • La liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages (liberté 0).
  • La liberté d'étudier le fonctionnement du programme, et de l'adapter à vos besoins (liberté 1). Pour ceci l'accès au code source est une condition requise.
  • La liberté de redistribuer des copies, donc d'aider votre voisin, (liberté 2).
  • La liberté d'améliorer le programme et de publier vos améliorations, pour en faire profiter toute la communauté liberté 3). Pour ceci l'accès au code source est une condition requise.

Il est très important de noter que le fait qu'un logiciel n'est dit libre que sur ce principe de la liberté de l'utilisateur. Il n'y a aucun lien avec le prix du logiciel, un logiciel libre peut aussi bien être gratuit que payant. Dans la pratique, les logiciels libres sont rares étant donné que la liberté de redistribution donne le droit à chacun de redistribuer une copie gratuite de ce logiciel ; mais il n'empêche que vendre du logiciel libre est tout à fait autorisé et même souvent encouragé afin de générer une source de revenu aux développeurs. Ceux d'entre vous qui sont intéressés par ce qu'il est de la vente des logiciels libres sont encouragés à lire l'article vendre des logiciels libres.

Les licences libres

Il ne faut pas croire que l'ont peut tout se permettre avec un logiciel libre. Ce n'est pas parce que l'auteur d'un logiciel veux que son œuvre soit libre que cette dernière n'est pas protégée ni même qu'elle tombe dans le domaine public. Certes un logiciel du domaine public est compatible avec la philosophie du logiciel libre, mais il est relativement rare de voir un auteur de logiciel ainsi abandonner tout droit sur ce qu'il a produit. Afin de garantir la liberté des utilisateur tout en garantissant certains droit tout à fait légitimes à l'auteur de logiciels libres, de très nombreuses licences ont été mises en place. La plus connue est la célèbre licence GNU GPL, mais il existe une multitude d'autres licences libres, chacun ayant ses spécificités.

Les logiciels open-source

Le terme open-source est très souvent employé au lieux de libre et les deux sont bien souvent confondus. La différence entre libre et open-source est pourtant fondamentale : l'open-source garantit uniquement que la source du logiciel soit accessible et non les libertés des utilisateurs. Un logiciel open-source peut très bien interdire une ou plusieurs des 4 libertés fondamentales et ainsi rendre le logiciel non-libre. Comme nous l'avons vu dans la définition d'un logiciel libre, oui pour qu'un logiciel soit libre il faut que le code source du logiciel soit accessible, mais non ceci n'est pas suffisant. Si une seule des 4 libertés n'est pas respectée un logiciel ne peut pas être dit libre, le mouvement open-source ne garantissant pas ces libertés c'est une grave erreur que de confondre les deux.

Les logiciels gratuits

Comme vu dans la définition du logiciel libre, cette dernière n'a aucun rapport avec le prix du logiciel. Des logiciels libres sont gratuits, certains payants et d'autres peuvent se trouver à la fois gratuitement et de manière payant. De même que les logiciels libres, les logiciels open-source n'ont aucun rapport avec le prix du logiciel. Un autre point très important est que les logiciels dits propriétaires ou privateurs (comprendre non-libres) n'ont eux aussi rien à voire avec la notion de prix. Certains logiciels privateurs sont entièrement payants, d'autres gratuits, d'autres ont un temps d'essai gratuit mais il faut payer pour continuer à les utiliser etc. Que les logiciels soient libres, seulement open-source ou propriétaires, dans tous les cas on en trouve des gratuit, des payants et des hybrides, alors par pitié cessez une bonne fois pour toute de vouloir associer une idée prix là où l'on parle uniquement de liberté. Lorsque l'on parle de liberté de la presse on parle uniquement de la liberté du journaliste d'écrire des articles comme il l'entend et non du prix du journal. Je suis dans un pays qui respecte la liberté de la presse et je trouve à la fois des journaux gratuits et payants, il en est de même pour les logiciels.