Introduction aux ventes aux enchères

Cette semaine, afin de répondre à un besoin bien précis, j'ai participé (avec grand succès !) à ma toute première vente aux enchères. C'est un moment que j'ai trouvé particulièrement intéressant et je ne peut m'empêcher de vous partager tout ce que j'ai appris de cette expérience nouvelle. Accrochez-vous car il y a énormément de choses à connaître si l'on souhaite y participer.

Les enchères, qu'est-ce qu'on y trouve ?

De tout, mais vraiment de tout. Si l'on a tous en tête de la vente d'œuvres d'art, c'est un domaine bien spécifique qui n'est absolument pas représentatif de la totalité de ce secteur d'activité. Je vous citerai 3 types de ventes fréquentes en dehors du domaine de l'art :

  1. Les ventes de la Direction Nationale d’Interventions Domaniales (DNID ou simplement « les domaines ») où l'état met en vente des choses très variées pour des raisons également variées.
  2. Les ventes des biens d'une entreprise suite à une un cessation d'activité.
  3. Lorsqu'elles déménagent, certaines entreprises équipent à neuf leurs nouveaux locaux et se débarrassent de ses anciens équipements à moindre coût en les vendant aux enchères.

Les deux derniers types de vente sont sans ambiguïté : on va acheter du matériel d'occasion qui était, on l'espère, encore en fonctionnement il y a peu de temps. Pour ce qui est des domaines, c'est une toute autre affaire…

Dans tous les cas, les particuliers se réjouirons de trouver du mobilier de l'électro-ménager et de l'électronique à moindre coût. Les professionnels, eux, seront heureux d'économiser de fortes sommes sur du coûteux matériel industriel, de bureau ou des machines très spécialisées.

Un bon plan ou une arnaque ?

Ça dépends. Tout est vendu « en l'état » et, contrairement à un achat chez un commerçant, vous ne disposez d'absolument aucune garantie ni d'aucun recours d'aucune sorte. Une fois l'adjudication prononcée (quand le commissaire-priseur vous a attribué le lot), vous en devenez propriétaire et ne pouvez plus y renoncer. Si votre lot est endommagé, est défectueux ou ne fonctionne pas, c'est tant pis pour vous.

Ceci dit, les prix qui sont pratiqués aux enchères sont exceptionnellement bas. De plus, il est souvent organisé avant la vente une exposition publique où vous pouvez observer de près, voir même parfois tester, les différents lots. Donc pour peu que vous prêtiez attention à ce que vous achetez, vous pouvez obtenir du matériel en bon état pour un prix dérisoire.

À titre d'exemple, j'ai vu partir des énormes imprimantes de bureau (les grosses tour de 1,50m) dans les 200 € l'unité, des radiateurs d'appoint et de gros ventilateurs à 5 € pièce, des réfrigérateurs à 40 €, un magnifique ensemble de meubles de direction (un bureau en poirier avec retour + 2 meubles de rangements + une étagère + une table de réunion) pour 200 € et j'en passe. Bref, du très bon plan.

Mais parfois, il faut bien lire la description des lots. Je pense ici tout particulièrement aux véhicules vendus par les domaines qui présentent pas mal de pièges. Pour commencer, s'il s'agit d'un véhicule appartenant à l'état, si ce dernier s'en sépare c'est très certainement que le dit véhicule est dans un piteux état. On y trouve d'ailleurs des véhicules accidentés ou complètements HS que seuls les professionnels du secteur ont le droit d'acquérir (au revoir petite C4 militaire). N'oubliez pas que si le véhicule est sérigraphié (en particuliers "police" ou "gendarmerie"), vous devrez faire enlever ça à vos frais. Viennent ensuite tous les véhicules saisis. La plupart d'entre eux sont vendus sans la clé (et fermés sinon ce n'est pas drôle). En obtenir une nouvelle sera à vos frais. Si le véhicule est en fourrière, c'est également à vous de payer les frais pour l'en sortir. J'oubliais : certains véhicules n'ont pas de certificats d'immatriculation, donc impossible de les conduire sur la route. Mais une fois encore, ces lots là sont réservés aux professionnels du secteur (et du coup certains se font un petit plaisir).

Heureusement, les domaines réservent parfois de très belles surprises voir du rêve absolu. Et également des choses que l'on attendait pas : qui aurait cru que l'état Français vend des mangas de Naruto ?

Participer à une vente

Avant d'aller plus loin, je dois absolument vous prévenir d'une chose : l’avalanche de bons plans est telle que les enchères peuvent devenir une addiction et mener à des achats compulsifs. Je vous recommande donc fortement, avant chaque vente, de vous fixer des limites aussi bien en terme de lots que de montants. Un respect strict de ces limites fixées à l'avance est indispensable pour éviter de grosses erreurs. Se fixer des limites est d'autant plus indispensable que, comme nous allons le voir, il faut anticiper ses achats pour éviter de se retrouver dans des situations très gênantes.

Cette mise en garde effectuée, vous envisagez tout de même de participer à une vente aux enchères, ou au moins en savoir plus. Voyons donc comment se déroule une telle vente.

Chaque vente est publiquement annoncée en avance par divers moyens et a lieux à un endroit et un moment donné. Généralement, les opérateurs de vente annoncent tous les renseignements utiles sur leur site internet. Les deux plateformes internet citées ci-dessous regroupant les ventes de plusieurs opérateurs de vente, elles sont une excellente source de recherche. Il est important de bien différencier le lieux de la vente, c'est à dire l'endroit où le commissaire-priseur sera présent pour vendre les lots, et le lieux de dépôt qui, lui, est l'endroit où sont stockés les lots vendus.

Le lieux de la vente n'est pas forcément le plus important. En effet, vous n'êtes pas obligés d'être présent dans la salle pour participer. Beaucoup de ventes sont accessibles par internet, en particulier sur les plateformes Moniteur Live et Drouot Digital. Toutes deux sont mises en œuvre par Drouot et sont devenu des références de facto. Il est également possible, via certaines formalités, de mandater une personne de votre choix pour enchérir à votre place ou de fournir un ordre d'achat directement au commissaire-priseur avant la vente.

Le lieux de dépôt est, lui, beaucoup plus important. En effet, contrairement à des achats chez des commerçants, il n'est généralement proposé aucun moyen de livraison. De plus, vous devrez retirer les lots qui vous auront été adjugé dans un délais souvent restreint et sans aucune aide. Il est de votre responsabilité de vous renseigner avant la vente sur les modalités d'enlèvement, prendre vos dispositions voir, pour les lots les plus encombrants, de faire faire un devis par un professionnel du transport.

Un dernier point à prendre en compte avant de s'inscrire est que les organisateurs sont obligés de prendre des mesures de lute contre la fraude. À ce titre, l'inscription préalable est généralement obligatoire. Pour cette inscription, vous devrez généralement présenter une pièce d'identité et une caution de paiement. À titre d'information, au moment où j'ai fait ma première vente aux enchères, il était demandé une caution carte-bancaire de 1000 € (non débités) donnant droit à 3000 € d'achat total sur la vente, avec possibilité d'augmenter cette caution afin d'augmenter le plafond d'achat. Si vous vous rendez directement en salle, il vous sera généralement demandé de laisser un chèque en blanc. Notez que ces caution ne sont pas un moyen de paiement.

Anticiper ses achats

Comme nous l'avons déjà vu, repérer le lieux et les modalités d'enlèvement des lots est indispensable. Cet enlèvement étant intégralement à vos frais, il vous faut absolument le prendre en compte avant d'acheter. Notez que, en effectuant les formalités nécessaires, vous pouvez généralement mandater une personne ou une entreprise pour enlever le lot à votre place.

Un autre point important sont les modalités de paiement qui peuvent changer d'une vente à une autre. En règle générale, si vous participez sur internet vous devrez payer par virement bancaire dans un délais imparti et, si vous achetez en salle, le paiement s'effectue sur place par carte bancaire ou espèces dans les limites légales. Assez-vous que vous êtes en mesure de payer avant l'enlèvement des lots.

Enfin, ne négligez pas d'anticiper les frais d'adjudication. Lorsque vous enchérissez sur un lot, c'est le montant TTC de ce lot qui est donné. Ceci ne comprend pas les frais que prend l'opérateur de vente. Ces frais sont en général proportionnels au montant adjugé et peuvent varier d'une vente à l'autre. Certaines ventes ont des frais imposés par la loi (souvent faibles), d'autres laisse l'opérateur libre de décider des frais qu'il appliquera. De plus, ces frais sont soumis à TVA, donc renseignez vous avant la vente afin de savoir combien vous devrez payer au total.

Exemple : Un lot vous est adjugé à 150 €. Si les frais sont de 21% HT de ce montant, ils seront donc de 31,50 € HT soit 37,80 € TTC. Le montant total est donc de 187,80 €, souvent arrondit à l'euro supérieur. Vous devrez donc payer un total 188 € à l'opérateur de vente.

Le déroulement

Le commissaire-priseur peut donner des informations utiles en début et en fin de vente. Écoutez-le, ça vous servira.

La vente s'effectue par lots, chaque lot étant indivisible. Par exemple, s'il est indiqué « Lot de 5 chaises de marque X […] », les enchères s'effectuent sur les 5 chaises à la fois, vous ne pouvez pas en prendre moins. En revanche, un lot peut présenter un certain nombre d'unités, c'est à dire que chaque unité est vendue séparément. Les différentes unités peuvent être vendues avec possibilité de réunion. Dans ce cas, l'enchère s'effectue sur une unité et l'adjudicataire (personne ayant remporté la vente) indique combien elle souhaite prendre d'unités parmi le nombre restant. Il convient donc de bien faire la différence entre la composition d'un lot et le nombre d'unités de ce lot.

Exemple : Un lot de deux chaises comportant 42 unités avec possibilité de réunion est mis en vente au prix de base de 10 €. Les enchères montent et le lot est adjugé à la personne A pour 25 €. A décide de prendre une seule unité, donc 2 chaises. Les 41 unités restantes sont remises aux enchères et, cette fois, c'est B qui l'emporte pour 20 €. B décide alors de prendre 21 unités (42 chaises). Les 20 unités restantes sont remises aux enchères. Personne n'enchérit dessus, ces 20 unités sont donc retirées de la vente.

Chaque lot est mis aux enchères à partir d'un prix de base qui peut être déterminé à l'avance ou bien en direct par le commissaire-priseur. Si personne ne souhaite placer d'enchère à ce prix, le commissaire-priseur peut, à sa discrétion, proposer un pris de base plus bas ou retirer le lot de la vente. Il peut arriver qu'une personne en salle propose un prix auquel elle prendrait le lot, mais le commissaire-priseur n'est pas tenu d'accepter.

Lorsque quelqu'un a pris le lot au prix de base, les autres participants ont la possibilité de surenchérir sur ce prix. En général, il n'est pas possible de proposer n'importe quel prix pour surenchérir : vous devrez enchérir par des paliers définis à l'avance en fonction du montant de l'enchère. Ces paliers sont suffisamment bas pour ne pas dissuader des enchères et suffisamment hauts pour ne pas stagner. Lorsque plus personne ne surenchérit, le commissaire priseur adjuge le lot à la personne ayant fait l'offre la plus élevée qui en devient alors le propriétaire.

Les choses à savoir

N'attendez pas le tout dernier moment pour enchérir. Sauf cas exceptionnel, le commissaire-priseur refusera les offres faites au moment où il adjuge un lot. Ceci est d'autant plus vrai sur internet où il peut y avoir un décalage à prendre en compte.

Une fois votre enchère posée, vous ne pouvez plus vous rétracter. Ça semble évident, m'enchérissez donc jamais au-delà de vos moyens en vous disant que quelqu'un va surenchérir, même si plusieurs personnes semblent intéressées.

Si une enchère est faite simultanément par plusieurs personnes, c'est le commissaire-priseur qui décide à qui il attribut cette enchère. En général, c'est attribué à la personne qu'il a vu en premier et les personnes en salle ont la priorité sur les personnes participant sur internet.

Si quelqu'un a dépassé votre offre et que vous ne souhaitez plus surenchérir, pensez à annoncer votre décision. Ça aidera le commissaire-priseur et ses assistants à ne plus focaliser leur attention sur vous pour guetter une surenchère qui ne viendra pas. Sur internet, vous disposez d'un bouton « non merci » (ou similaire) prévu à cet usage.

Suivez avec attention tout le déroulé de la vente. Ceci vous donnera des indices sur les différents types de participants ainsi que les usages en vigueur. Vous aurez alors toutes les cartes en main pour enchérir correctement sur les lots qui vous intéressent.

Les professionnels assujettis à la TVA peuvent, sauf exceptions, récupérer cette dernière. Le commissaire-priseur et ses assistant peuvent le rappeler, parfois avec insistance. Si vous êtes un particulier ou si votre entreprise est en franchise en base de TVA alors vous n'y êtes pas éligible, n'espérez pas récupérer quoi que ce soit.

Et n'oubliez pas…

… que sur internet vous pouvez regarder les ventes en simple spectateur, c'est à dire sans être inscrit à la vente et donc sans avoir donné de caution. C'est toujours utile pour se faire une idée avant de franchir le pas et de participer.